Paul Gouëzigoux Huis clos Sveiki Whole Car Jeunes de la Disporas Rwandaise et Burundaise
Asi es Palenque Mugisha! -Présent
 C’est dans le quartier de Kicukiro, à Kigali, que j’ai rencontré Mugisha*, « le boy », comme ils disent, de la famille dans laquelle j’ai posé mes valises lors du mon voyage au Rwanda, en décembre 2015. Christian de son prénom, dont le père a abandonné sa famille lorsqu’il était encore très jeune, a quitté sa ville natale, Goma, en République Démocratique du Congo, à tout juste 21 ans, afin de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille restée au pays. Il est ainsi devenu l’homme à tout faire de cette famille Kigalienne. Cuisinier, gardien, homme de ménage, il se voit endosser plusieurs casquettes quotidiennement, pour seulement 1,15 euro par jour. Une journée type, pour Mugisha, c’est se lever vers 5h du matin, préparer le déjeuner de la famille qui ne va pas tarder à se lever. Viennent ensuite les taches ménagères, débarrasser, laver et ranger la vaisselle, laver les sols, les pièces à vivre et la terrasse, sans oublier de préparer le repas du midi pour ceux qui rentrent en milieu de journée à la maison. Ouvrir le portail, sur un coup de klaxon, lorsque le propriétaire rentre, à n’importe quelle heure de la journée ou de la nuit, ou encore faire les lessives, à la main bien entendu. Il n’est jamais couché avant 23h, une fois le repas du soir clos et les dernières corvées effectuées. Mugisha a pu entrer au Rwanda et chercher du travail sur un mensonge et ainsi obtenir un laissez-passer de trois jours. Voici trois mois qu’il est dans la capitale Rwandaise, et presqu’autant qu’il travaille 7 jours sur 7 pour un salaire de 30 000 francs rwandais, soit 35 euro environ par mois. Sortant très peu de la propriété, sur ordre de ses employeurs, il s’est vu attribuer une petite chambre coincée à coté de la cuisine, située à l’arrière de la maison. C’est donc en situation irrégulière que Christian travaille, afin d’envoyer la totalité de l’argent qu’il gagne chez lui à Goma, et ainsi pouvoir nourrir sa famille. Mugisha n’est pas un cas isolé, c’est plutôt fréquent d’ailleurs, beaucoup de familles au Rwanda emploient un « boy ». Ce qui s ‘apparenterait à de l’esclavage ici n’est pas vu comme tel là bas. *Mugisha : Surnom donné par son père (Mugisho en swahili, Mugisha en Kinyarwanda), qui signifie Bénédiction.